Sharbat Gula, l’Afghan aux yeux clairs

Sharbat Gula Afghan Girl
Bravo à Tiphaine, qui aura apporté la réponse la plus précise. Il s’agit en effet de Sharbat Gula, jeune afghane photographiée en 1985, devenue par la suite symbole du magasine National Geographics.

C’est dans un camp de réfugiés près de Peshawar, au Pakistan, que Steve McCurry visite une école de filles et est autorisé à prendre en photos quelques élèves. Sharbat Gula est orpheline, ses parents ont péris au cours d’un bombardement. Ses yeux sont d’un vert hypnotisant, de son regard ressort une émotion riche, complexe, mélange de douleur, de force et d’une indéniable beauté.

Steve McCurry est loin de se douter qu’il vient de prendre un cliché qui rentrera dans l’histoire de la photo et fera le tour du monde. La jeune afghane fera d’abord la couverture du National Géographics et devient même un emblème du magazine au point d’être associé au magazine tel qu’un logo le serait à une marque. Le photographe quitte le pays mais garde alors toujours en lui une pensée pour cette jeune fille qui semble au travers de son regard représenter tout les enfants victimes de la guerre.

En 2002, il repart pour l’Afghanistan avec toujours au fond de lui cet espoir de retrouver cette petite fille, tout en réalisant que la retrouver relèverait du miracle. Mais un beau jour, Steve aperçoit une femme à la burqua relevée sur un regard éteint, mais dont les yeux verts lui sont beaucoup trop familiers.

Charbat Goula aujourdhui

« C’est elle ! », se dit il. La fillette est maintenant mère de trois filles et habite toujours dans un camp de réfugiers.

Ainsi, elle fait à nouveau la couverture du National Géographic dans la même posture avec un regard toujours aussi envoûtant et l’histoire est alors diffusée au journal télévisé. La couverture qui est la plus médiatisée et celle ou elle porte le voile pour des raisons religieuses.

Sharbat Gula pense en effet que la burqa « est un merveilleux aspect de sa vie », que « les talibans avaient apporté une sorte de paix dans un pays sans loi » et dit que « les bombardements américains l’ont rendu amère ».

Le National Geogaphics a depuis créé un fond pour aider les jeunes filles afghanes.

Source : Wikipedia, National Geographics

8 commentaires sur “Sharbat Gula, l’Afghan aux yeux clairs

  1. Ma mère est une algérienne qui a vue cette femme sur ce magazine de son époque et dont on a beaucoup comparé ses yeux a ceux de ma mère, mais je trouve que c’est yeux ne sont pas si beau que ça! Ma mère en a de plus beau. Elle a les yeux d’un bleu clair transparent, dont tout autour du jaune et change de couleur il sont d’une vert bleuté et jaune, superbement éclatant. Moi personnellement je trouve que cette femme à les yeux ternes! Après liz taylor ma mère à les plus beaux yeux du monde et non ce n’est pas pck c’est ma mère! Mais ma mère a les yeux le plus MAGNIFIQUE DU MONDE! Mème qu’il font peur des fois leurs couleurs est magnifiquement effrayante. Il n’ya pas de mots pour en décrire sa beauté.

  2. le photographe l’a t-il seulement dédommagée pour tout le pognon qu’elle lui a fait gagner ? ou bien a-t-il seulement exploité sa misère ?

  3. @Sissi
    C est peut-être vilain mais on parle de Mme Gula, femme qui a souffert étant plus jeune et qui souffre tjrs. Cette page retrace son histoire, ce qui l a fait connaître ds le monde…en l occurence cette photo. Alors la couleur des yeux de vos proches… je pense que ça n interesse pas gd monde voire personne, c est pas le sujet. Je dirais même plus je trouve que s est déplacé de dire que les yeux de votre mère ou votre gd mère je ne c plus sont plus beaux que les siens! Je pense que cette brave femme ne pense pas à ses futilitées car là où elle est il lui est interdit de montrer ses magnifiques yeux! Alors un peu de respect avant de sortir de tels propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *