Google, ou grosgueule comme on dit chez nous, est bien plus qu’un simple moteur de recherche. Okay, primo, c’est LE plus grand moteur de recherche du monde. « Google it, you moron » est devenu l’expression en vogue. Pas chez nous, certes, mais au pays de l’oncle Sam (et de la cousine, aussi… youhou, cousine ?).

Google, c’est aussi un service mail (et à mon avis le meilleur), un calendrier, un moteur de recherche d’images, de vidéos, et tout ce que vous connaissez déjà. Inutile de préciser que dans tous ces domaines, ils dominent grave.
Bon avec Google Images, comme ils savent pas trop comment faire du référencement automatique, ils proposent un petit jeu stupide pour qu’on fasse le boulot à leur place : le Google Images Labeler. A gagner ? Rien.

Tout ça, c’est bien joli, mais chez Google c’est un peu des big boss et ils le prouvent (voir leur tronches). D’abord, parce que l’Araignée elle sait pas trop quel aggrégateur choisir, voici Google Reader. On lui donne des flux RSS, ou Atom, et il peut vous les afficher sur votre page d’accueil personnalisée Google (que je conseille vivement, très pratique).

Après, en vrac, voici le tableur en ligne Google, qui n’a rien à envier à Excel, Google NoteBook, où vous pouvez sauvegarder des textes, des liens, des images, …etc, pour y accéder ensuite à partir de n’importe quel pc connecté, et Writely, l’outil de traitement de texte complet, gratuit et online racheté par Google.
FrontPage est dans le pack Office, mais faut bien le dire cet éditeur de page web, c’est de la merde. Alors pourquoi ne pas essayer Google Page Creator, qui en plus d’être un bon éditeur graphique, fournit un hébergement gratuit de votre page. Pratique, et presque sans pub. Le seules qui apparaissent sont celles de Google Adsense. L’inscription est simple, vous recevez vos gains dés qu’ils atteignent 100$. Les miens me rapportent pour l’instant 10$, ça ne me finance pas mon voyage, mais la dizaine de bières que je vais boire en pensant à vous (j’en boirais d’autres en pensant à vous, mais je l’ai payerai de ma poche ;p). Sachez qu’utiliser le mini google intégré sur la page me rapporte aussi (merci !).
La réciproque à ce service, c’est Google Adwords, vous payez au click pour placer votre pub. Pour les meilleurs emplacements, faut compter de l’ordre d’un euro du click.

Vous connaissez forcément Google Earth. Google va loin, très loin, en vous proposant désormais Google Mars et Google Moon ! Comme ça, vous pouvez choisir dans quel quartien martien ou lunaire vous installerez votre futur maison !

Google Talk est un service intégré à Gmail, mais Google en extrait quelques informations : comme avec MSN, vous pouvez montrer à tous ce que vous êtes en train d’écouter. Google met donc à votre disposition le Google Music Trend, sorte de Top50 mais sans Charlie et Lulu (et c’est bien dommage).
Vous êtes perdu, Google Map ! Vous n’avez pas de voitures, Ride Finder vous propose les taxis et limousines les plus proches.
Vous êtes un inconditionnel de Linux, Mac, firefox ou même Internet Explorer ? Essayez les Special Search !

Une question se pose quand même. Comment font-ils pour être aussi bon ? Là j’ai deux explications. D’abord, les pigeons (ceux qui ne passent pas leur temps à viser Big Bob) sont embauchés par Google, qui certifient leurs fournirent un travail sain et dans des bonnes conditions : Pigeon Rank Technology. Et oui, quand vous tapez un mot clé sur Google, ce sont des pigeons qui vous indiquent les meilleurs résultats. Incroyable.


Si tout ça vous donne soif de technologie, procurez vous la boisson Google : Google Gulp. Attention, les effets sont surprenants.

Si vous en pécho, faites tourner.

Revenons à des choses plus sérieuses, avec Gnougle, premier moteur de recherche sur les gnous.
Comme tout bon geek qui se respecte, commarla et samo utilisent le Google L33t. Ces deux geek ont eux aussi leur blog, hébergé chez Blogger, qui bien sûr, est propriété Google.

Source : Wikipedia (comme tout le monde, non ?)