L’heure est grave, l’Inde est éliminée de la WC de Cricket. La défaite a été rapide, hier soir, malgré la présence de tant de supporters à la cafétaria, devant un écran géant installé pour l’occasion. Les indiens étaient excités, à crier devant chaque apparition de jeune fille dans le public du match ou chaque ball bien lancée… Mais le Sri Lanka aura été plus fort, n’en déplaise à nos oreilles pas habituées à autant de cris :).

Allez, ça permettra à mes collègues de se concentrer sur les révisions, les examens commencent lundi…
En attendant, voici un très bon article trouvé sur le site du monde.fr, intitulé Parlez-vous Hindi.

Au tout début, ça ne se parle guère. Ils sont là gênés, un peu raides, guindés dans leurs habits de circonstance : les deux mères, l’une en face de l’autre, qui sourient pour se donner une contenance, et plus loin, au bout de la table, les pères, en costumes gris. Entre les deux, embarrassés ou peut-être vaguement ennuyés, les deux jeunes promis, qui se regardent sans se regarder, s’épiant du coin de l’oeil. Au restaurant Embassy, sur Connaught Place (le coeur de la circulation furieuse qui secoue New Delhi), les messieurs en chemise blanche, entrepreneurs ou commerçants, ne sont pas les seuls à faire des affaires. On peut y observer, comme ce jour-là, d’autres négociations – largement aussi serrées : une première confrontation en vue d’un mariage arrangé, chose très courante en Inde. Seulement, quelle langue parleront-ils, une fois que l’atmosphère se dégèlera ? Dans les tractations préliminaires, la question a forcément été évoquée – c’est une mention qui figure en bonne place dans les annonces matrimoniales. Avec 22 langues nationales (plus l’anglais) et plus de 400 dialectes, l’Inde est riche d’une diversité propre à donner le tournis, mais aussi à compliquer les stratégies amoureuses ! Passé les premières minutes de flottement, dans la salle tranquille de l’Embassy, la situation se résout donc à l’indienne, si l’on peut dire : les pères s’adressent la parole en anglais, les mères en hindi et les tourtereaux présumés dans un mélange curieux, passant de l’un à l’autre au fil de la conversation languissante.

Lire la suite

La deuxième trouvaille, c’est un article un peu compliqué (mais moins que chez gros Bob, quand même), une interview d’un savant indianiste français (rien que ça). Quelques phrases sont tellement vraies que j’avais envie de vous les faire partager…
« Ce qui m’a frappé, c’est que les Indiens ont mille défauts mais ne sont pas vulgaires »
« Et la présence des femmes, partout, dans les rues, les jardins, les marchés, les temples. Ce n’est pas seulement une joie pour l’oeil. »
« Sur un tout autre plan, ce qui me choque, c’est la laideur prétentieuse des gratte-ciel, l’absence de pensée architecturale, qui défigurent les villes. »

Lire l’article sur le site du monde.fr : Charles Malamoud : « Des structures nouvelles ne cessent de s’ajouter ».