Trop drole. Le nouveau moteur de recherche développé par Microsoft, dénommé Bing, ne répond pas aux indiens qui demandent du sexe !

C’est génial, parce que si au lieu de prendre Bing India, vous mettez Bing France ou Bing US, le mot clé « sex » vous donnera bien sur des résultats à la pelle. De même, Bing Dubai, Bing HK ou Bing Singapour, pas de bol, pas de réponse.
Essayez-vous même, changer de pays prend juste deux clicks.

Les recherches sur ce mot-clé sont de plus en plus fréquentes en Inde, c’est d’ailleurs une des requêtes les plus demandées. Google retourne des résultats sans se soucier du pays d’origine de la requête, tout comme Yahoo.

C’est un blogger qui s’est rendu compte de ce fait (l’histoire ne dit pas comment), une information bien vite reprise sur Twitter jusqu’à en faire un buzz.

D’un point de vue légal, cependant, Bing se plie aux lois de chaque pays. Il est dit que tout contenu lubrique, dans l’intérêt de satisfaire, qui a tendance à dépraver ou à corrompre l’esprit de ceux qui sont susceptibles de le voir, de l’écouter ou de le lire. L’interprétation en est large, et s’applique à l’éditeur du contenu comme à celui qui en donne ou facilite l’accès. Autant dire que les moteurs de recherche tombent directement sous cette loi !

Alors que la plupart des moteurs de recherche retournent d’abord des résultats sur le sexe d’un point de vue scientifique ou médicale, les éditeurs de sites porno se creusent la tête pour faire apparaître leur site sur les premières pages.
Bing a sans doute fait le bon choix, d’un point de vue légal en tout cas.

L’ironie de Bing, c’est d’être finalement moins safe pour les pays où les recherches ne sont pas censurées. Une fonction Autoplay permet en effet de lire des vidéos directement sans quitter le moteur de recherche – outrepassant ainsi toute protection sur l’age.

Enfin bon. Pour vraiment faire leur travail de journalistes, ils ont du s’amuser aux Times of India ! L’article original est disponible ici.