Très bon circuit pour ceux qui n’ont que peu de temps en Inde, pour un budget limité qui plus est. Des sites très touristiques, des sites qui ne le sont que très peu… Un bon ensemble qui aura su ravir (je l’espère !) Florence, en ce moment à la plage avec les autres français (au Sud de Bombay).

Trajet (tarifs pour 2 personnes) :
Pune Hubli en train, 600 km, 9€
Nuit à Hubli (des hotels en pagaille), 3€
Bus de Hubli à Badami, 2€50
2 nuits à Badami, 6€
Entrées aux caves, 5€
Rickshaw-guide pour l’après-midi (une bonne solution), 6€
Bus Badami – Hospet, 3€
Hospet – Hampi, sans passer par les rickshawallas qui courent après tous les blancs, 1€
2 nuits à Hampi, 3€
Une belle moto, 3€50 la journée
Entrées dans les temples (tarif spécial « blanc »), 10€
Train retour, 9€
Pour 60€, une semaine de découverte de l’Inde, dans un confort acceptable, quelques 1200km en train et 400km en bus !

Outre le coté financier, donné juste à titre d’exemple, beaucoup de fun bien sûr, et une découverte agréable de monuments magnifiques. Hampi est un passage incontournable pour tous les aventuriers, je m’attendais à quelque chose de très touristique et je me suis dis qu’une petite destination comme Badami allait adoucir et équilibrer les vacances. C’était je pense nécessaire, car il y a des avantages et des défauts dans les 2 cas.

Jeune portrait

A Badami, une ambiance très agréable dans un village assez reculé, principalement des paysans qui voient passer là quelques touristes, blancs comme indiens. Les touristes indiens ne manqueront pas de demander à être pris en photo, en général les enfants. Sauf que cette fois, on a même eu le droit à un groupe de cinquantenaires en vacances, des hommes en pantalon / chemise, qui nous ont filmés quand on leur a serré la main. Ca change, c’est frais, ça coûte rien :-).
A Badami, surtout de jolies caves (assez similaires à celles d’Ellora / Ajanta), un temple que je ne pouvais manquer, Banashankari, et un paysage un peu différent de d’habitude !

Karnataka

Vishnu

Narasimha

Le Paradis des Vaches

Porteuse de plantes

Les deux statues représentent Vishnu, dieu créateur de l’univers et vénéré principalement par les castes élevées (à la différence de Shiva, dont le culte est plus répandu parmi les basses castes). La deuxième photo le représente dans sa quatrième ré-incarnation, en Narasimha. Il prit alors la forme d’un homme à tête de lion. A l’époque, un roi rendu invulnérable, ne pouvait être tué ni de jour, ni de nuit, ni à l’intérieur de son palais, ni à l’extérieur, ni par un homme, ni par un animal. Ce roi, Hiranya-kasipu (mais son nom vous intéresse-t-il vraiment), était particulièrement mauvais et souhaitait qu’on le traîte tel un dieu (après tout, il était presque immortel). Vishnu s’est donc réincarné pour détruire ce roi-démon. Sous la forme de Narasimha, il s’est donc manifesté à l’heure du crépuscule, se cachant dans une colonne du palais du roi. Il tue alors le roi en lui déchirant les entrailles, image qu’on retrouve d’ailleurs régulièrement (et c’est pas très joli joli).

Flo à Pattadakal

Là, un blanc avec un appareil photo, allons y !

Mon pote le rickshawalla

Lutte à Badami


La deuxième journée de visite à Badami nous fait rencontrer un chauffeur de rickshaw plutot sympa, dont j’ai malheureusement oublié le prénom. Il est un habitué des blancs de passage, et nous propose gentiment une visite du coin. Je n’aime pas trop ça en général, mais il ne nous saute pas dessus et il semble le seul à faire ça dans le village. On accepte donc et nous voilà partis vers Pattadakal, à quelques kilomètres de là, pour la visite d’un complexe de temples particulièrement anciens. En chemin, petite route bien tranquille, avec quand même beaucoup d’enfants qui saluent, courent après le rickshaw…
Quelques arrêts photos, et en retour, une foule nous attire l’attention. Notre ami nous explique que c’est un sport de combat, on s’approche donc avec curiosité… Des matchs de lutte à priori bien organisés avaient lieu au milieu d’un champs, Florence la seule femme de l’assemblée, qu’on fait bien vite passé devant pour mieux voir (moi aussi, mais j’ai refusé sachant que ma tête dépassait déjà très bien au dessus des indiens). Bonne surprise en tout cas !

Hampi, village devenu trop touristique

De là, direction Hampi et un premier panneau qui présage de l’authenticité du village… On nous annonce qu’il ne faut PAS donner aux enfants, ce qui parait une évidence quand on a compris, mais qui ne l’est pas forcément quand on vient de débarquer d’un pays développé.
On aura en tout cas compris que, autant Badami n’était pas (assez ?) touristique, autant Hampi l’était trop. Des guest house en pagaille, des restaurants qui servent des pancakes au nutella tout en passant du Bob Marley… Ambiance Goa, sans l’alcool (Hampi est une ville sainte) ni les masses de toursites (hors saison). Ca a aussi ses bon cotés, pour les habitants comme pour les touristes, mais la modification du paysage est définitive… La bonne surprise, c’est qu’en dehors de ce village, le site touristique est resté relativement intact de ce débarquement blanc.

Hampi, magnifique site

Hampi, magnifique site

Big Narasimha

One photo pleeaase !

Florence mon poussin

Les couleurs de l'Inde

Elle est mignonne cette petite !

Elle est pas mignonne, cette petite ? Vous reconnaîtrez Narasimha, statue de 6m de haut (non pas la même photo, un peu plus haut).
Florence, déguisée en indienne devant un plat de Chicken Tandoori, vous salue !

Florence déguisée en indienne