Vraiment, l’Inde permet des choses qui ne seraient pas possible ailleurs.

Hier soir était ma dernière soirée à Pune. La dernière après presque 2 ans dans cette belle ville, à cotoyer des français comme des indiens. Tous vont et viennent dans cette ville que j’ai vu évoluer, par toujours dans le bon sens d’ailleurs.
Comme à Bangalore par exemple, les boîtes de nuit ferment sous la pression des ultra-conservateurs hindous, ceux qui s’appellent eux-mêmes les défenseurs de la culture indienne. Ils ne représentent pas forcément l’avis général, mais ont néanmoins réussi à faire interdire la danse à Bangalore et les boîtes qui ferment après 1h du matin.
Et même que, déjà, 1h du matin, c’est bien.

Dernière soirée donc, avec de l’imprévu total. J’avais eu une info concernant un concert de rock près de chez moi, et je n’avais pas très envie de faire ma valise un samedi soir. Un concert bien sympa, un public nombreux, et déjà quelques français au rendez-vous.
La deuxième partie de soirée était au Soho, un incontournable des expatriés de Pune. Mauvaise boîte de nuit, où le public s’entasse plus que de raison, mais un grand restaurant avec de la musique et des cocktails sympas. D’autres français, comme convenu – mais pas de Spécial Soho, ce cocktail à sniffer par le nez.

Mais les vraies soirées, c’est toujours pendant l’after. A la fermeture du Soho, direction « Chez Fred ». Nos motos étant plus rapides que les rickshaw, on arrive les premiers. Les gardes nous laissent rentrer dans la résidence sans broncher, sans que le sus-nommé Fred soit présent. on se dirige vers la piscine, et hop, petit bain de minuit, devant des gardes qui n’osent pas nous dire un mot…

Parfaite conclusion de ce passage de 6 mois non-stop à Pune. D’autres à venir ? C’est l’avenir qui le dira.

Le blog continue, stay tuned !