Tous les commerces fermés (de leur propre choix ou par force), une ville de 20 millions d’habitants qui s’arrêtent de vivre pendant 3 jours suite au décès d’un politique d’extrême droite. Xénophobie, incitation à la haine raciale, encouragement au terrorisme , ultra nationaliste hindu et anti-musulman, Bal Thakeray a pourtant un passé pour le moins sulfureux. Jamais inquiété par la justice, car probablement trop suivi et trop puissant, son mot d’ordre a toujours été le « Maharastra aux Marathi ». Cet état, ou j’ai passé 2 ans, fait la moitié de la France en superficie, mais le double de population. La capitale est Bombay, d’ailleurs renommée Mumbai par Bal Thakeray.
La ville a vu des émeutes importantes fin 1992 au cours desquelles 900 personnes ont trouvé la mort. Le role de Bal Thakeray dans ces émeutes est clair, il n’a cependant jamais été jugé.
Selon Thakeray, le problème de Mumbai est d’avoir accueilli pendant trop longtemps des « étrangers » – c’est-à-dire des indiens venant des états voisins, Gujarat, Uttar Pradesh, Bihar… Les maarathis, endormis lors de cette invasion (comme pendant celle des Moghols puis plus tard des Anglais), ont trop attendu. Bal Thakeray, d’abord dessinateur humoristique, a mis en valeur cette « invasion » et a réveillé les Marathi. Exemple de propositions: connaissance de la langue locale obligatoire, postes réservés dans les entreprises, etc.
Pour ma part, je retiendrai surtout de lui sa phrase : « L’Inde a aujourd’hui besoin de quelqu’un comme Hitler » (1967).

Pour plus d’analyse, je vous propose les articles de Julie et d’Hélène.

Autre évènement en Inde: la peine capitale pour Ajmal Kasab, un des terrosites qui avaient attaqué Mumbai en 2008. C’est la troisième pendaison en Inde depuis 1995. La peine de mort, rarement prononcée, reste donc d’actualité dans le sous-continent indien.
Voir l’article détaillé sur Le figaro.