Voilà, mes examens sont finis. Enfin les écrits, il reste une semaine de « Lab », une petite heure par jour et je n’ai rien à réviser. En effet, sur la pratique, je n’ai pas appris beaucoup de choses au premier trimestre…
Si ce n’est que certains de mes collègues sont des oufs. Ils vont jusqu’à apprendre par coeur les séries de commande qui vont configurer un routeur de la façon demandée. Moi je veux bien, mais ça n’aide pas vraiment à comprendre… Alors je passe pour un boss parce que je sais utiliser la commande Help. Comme ça, sur une feuille de papier, je serais incapable de faire quoi que ce soit, alors qu’avec la bête dans les mains (je parle du routeur), j’arriverais à me débrouiller pour obtenir le résultat demandé.
C’est finalement ça, ce que j’ai appris à faire à l’ESEO, et c’est bien dommage que la plupart de mes collègues n’aie pas la même démarche… Ceci dit, il y a une explication. Lors des entretiens d’embauches, quand les grandes entreprises viennent dans les instituts pour recruter (oui c’est comme ça que ça se passe), ils voient tous les élèves et posent des questions techniques. En général, c’est ceux qui ont appris par coeur les bouquins qui vont être pris….
Ma question, c’est être pris pour quoi ? Il semble qu’ingénieur en France et ingénieur en Inde n’aient pas la même signification… Il y a peu de place laissée aux initiatives et prises de responsabilités. Une autre façon de travailler…

Je suis tombé par hasard sur cet article de Pierre Jeanneret, qui résume en une page beaucoup de pensées sur l’Inde. C’est de plus très bien écrit, et intégre l’histoire de l’Inde que j’ai souvent tendance à oublier. A lire d’urgence !

La république de tous les possibles

Je le disais donc en titre, il a plu. Pas beaucoup, juste quelques gouttes. Mais de la pluie, ça reste de la pluie. Ca a redonné le sourire après les examens, parce que je le rappelle, la pluie est un évènement heureux. Parag, mon pote Parag, avait envie d’aller en haut d’une colline pour boire une bière. Oui quand il fait beau (sous entendu qu’il pleut, j’espère que vous suivez), c’est ça qu’on peut faire. Juste après les exams, comme ça, impeccable !
Déjà hier soir, pendant mon heure de Volley quotidienne (et oui), j’avais remarqué des nuages. La première fois depuis 3 mois. Et là, après ce super examen, quelques gouttes. Tombées du ciel comme un miracle !

J’espère qu’il faut toujours bien froid chez vous. Mouhahaha.